La sophrologie pour soulager un acouphène

2 septembre 2017

La sophrologie est utilisée dans le traitement des acouphènes. Son action bénéfique repose sur la gestion du stress grâce à des techniques de relaxation.

Pour un acouphénique, prendre davantage conscience de son corps a un grand intérêt. Très souvent, cela lui permet de ne plus focaliser son attention sur le problème. La conséquence est une atténuation progressive de la perturbation auditive.

Suivre des cours de sophrologie est une alternative à explorer. Mais qu’est ce que la sophrologie concrètement ? Et comment agit-elle sur l’acouphène ? Nous vous apportons quelques éléments de réponse…

L’acouphène en quelques « maux »…

Un acouphène se définit comme un bruit imaginaire entendu par quelqu’un alors que les autres autour de lui ne l’entendent pas. L’individu concerné par ce phénomène ne doit pas s’inquiéter pour sa santé mentale car, dans la plupart des cas, il ne s’agit pas d’une hallucination.

En revanche, il doit se préoccuper de son audition. En effet, un acouphène est généralement le symptôme d’un traumatisme de l’oreille ou d’un dysfonctionnement de l’organisme. La nature du son perçu varie en fonction des personnes. Pour le décrire, les patients emploient souvent un langage imagé. Ils évoquent un sifflet, un bourdon, un cliquetis ou un bruissement…

Fruit d’une hyperactivité neuronale, l’acouphène est susceptible de perturber une seule oreille ou les deux à la fois. Il est temporaire, permanent ou intermittent. Tout dépend de la fréquence et de l’intensité du signal nerveux. Actuellement, aucun traitement ne permet de guérir définitivement ce désagrément sonore. Toutefois, la sophrologie est une des solutions pour soulager efficacement cette atteinte auditive.

Sophrologie et acouphènes

La pratique de la sophrologie est une alternative médicale appropriée pour parvenir à mieux tolérer un acouphène omniprésent. Accompagné du sophrologue qui lui dispense une formation adaptée, le patient apprend à maitriser ses émotions. L’objectif est de gérer le stress auto-alimenté par l’acouphène lui-même. Dans cette situation précise, l’ignorance du mal devient le meilleur des remèdes.

Les vertus thérapeutiques de la sophrologie ne sont plus à démontrer quant à son influence sur le système nerveux. Par définition, cette méthode psycho-corporelle se base sur la respiration, la relaxation, la gestion du stress et l’écoute du corps. Les exercices pratiqués au cours d’une dizaine de séances entrainent au fil du temps une acceptation de l’acouphène par un processus d’habituation.

  • Travailler la respiration
    Respirer est une des choses essentielles que l’on apprend à faire au cours de la première séance de sophrologie. Cela peut sembler incongru. Pourtant, ce préalable s’avère nécessaire pour dépasser la respiration par réflexe, le but étant d’oxygéner convenablement le corps. Cette approche aide à se détacher des différentes tensions indésirables. Elle donne également l’occasion de retrouver un certain dynamisme corporel.
  • Savoir se relaxer et gérer ses émotions
    Dans nos sociétés modernes où la célérité à tous crins prime sur le rythme naturel de l’homme, il est important de trouver le temps pour se détendre. La sophrologie aide à cette prise de conscience amenant ainsi au relâchement du corps et de l’esprit. Se départir de ce qui alourdit au quotidien est une des clefs pour devenir moins soumis à l’agacement d’un acouphène.
  • Renouer avec son corps
    Renouer avec les cinq sens est un exercice qui participe à la détente recherchée. La sophrologie rappelle l’importance de développer le gout, l’odorat, le toucher, la vue et l’ouïe pour apaiser le mental.
  • Accepter l’acouphène pour finalement l’oublier
    Le travail sur soi offre à l’acouphénique une libération psychologique face à l’acouphène. Certes le symptôme du bruit dans l’oreille ne disparaît pas réellement. Mais un phénomène d’habituation du cerveau engendre une atténuation mentale de sa perception. Désormais habitué à entendre un acouphène, le patient ne prête plus guère attention à cet intrus.

Impact de la sophrologie sur l’acouphène

La sophrologie représente une stratégie thérapeutique intéressante dans le traitement d’un acouphène. Elle apporte une réponse non médicamenteuse au patient qui focalise trop son esprit sur le son perçu. Les techniques de relaxation et de détente employées lors des séances ont un impact positif sur le bien-être. De plus, elles s’intègrent parfaitement dans la vie quotidienne. Il est donc facile de reproduire au travail ou à la maison les exercices enseignés par le sophrologue.

Chez le patient atteint d’un acouphène, la pratique de la sophrologie permet de constater une nette amélioration sur le plan physique, émotionnel et mental. Parce que son anxiété s’amenuise, il lui devient plus facile de trouver le sommeil et de dormir en négligeant le bruit intrusif. Le conditionnement psychologique apporté par la sophrologie atteint son but : mettre en sourdine l’acouphène.